Sur les planches

« Heathers » le musical casse la baraque et récolte les faveurs du public

Je ne sais pas si vous vous rappelez du film Fatal Games au début des années 90, ou Heathers en version originale. On y voyait une jeune Winona Ryder escortée d’un tout aussi jeune Christian Slater partir dans une folie meurtrière, poussés par la méchanceté de ces reines du lycée parfaites. Au générique, on retrouvait également Shannen Doherty juste avant Beverly Hills. J’ai vu ce film une fois dans ma vie au milieu des années 2000 et je n’ai jamais compris le culte autour. Je suppose que ça parle plus à la génération avant moi, puisque la mienne ne jure qu’avec des Mean Girls ou des Bring It On (qui existent tous deux en musicals d’ailleurs). Le film a connu un vif succès avec des répliques cultes comme le « fuck me gently with a chainsaw » notamment. Une adaptation en série a été commandée par Paramount mais a été annulée cette année avant sa diffusion à cause de critiques très controversées…

À l’origine, la comédie musicale pop-rock remonte à 2010 mais n’a jamais bénéficié d’une production Broadway. Elle est quand même allée aussi loin que le off-Broadway (avec dans le rôle de Veronica, l’héroïne, Barrett Wilbert Weed qui aujourd’hui interprète Janis de Mean Girls à Broadway, le cercle est complet) et a su créer son petit fandom avec la sortie d’un album. Heathers a débuté à Londres il y a quelques semaines et je peux vous dire que le show affiche complet jusqu’à la dernière représentation début août. J’y allais principalement car j’avais entendu de bons échos et surtout parce que Carrie Hope Fletcher campait le rôle de Veronica Sawyer. C’est elle qui jouait Éponine quand j’ai vu Les Misérables pour la première fois à Londres avec Toto. Connue pour ce rôle mais aussi pour sa vie de vlogueuse je pense, clairement y avait des fans dans la salle. La petite a subi des coups durs avec la révélation que son ex était un prédateur sexuel et ils étaient dans une relation toxique, etc… Bref, elle a remonté la pente, ça fait super plaisir de la revoir sur scène et je perds le fil de la conversation je vous parlais donc de Heathers !

Heathers a fait son nid à The Other Palace près de Victoria, je n’y étais pas retournée depuis novembre 2016 (The Last Five Years, l’un des meilleurs moments musicaux de ma vie) quand ça s’appelait encore le St James Theatre. La salle est relativement petite, avec une capacité d’environ 300 sièges. Le théâtre contient un restaurant à l’étage (The Other Naughty Piglet, absolument divin) et un studio au sous-sol, et un bar bien entendu (présenté dans la vidéo). Je tiens à le signaler car en fait, depuis 2017, il appartient au Andrew Lloyd Webber’s Really Useful Theatres Group donc c’est la classe. L’initiative du groupe veut promouvoir les spectacles modernes, subversifs et proches des gens.

Imaginez le teen-movie de base qui se déroule dans un lycée avec des losers et des personnages populaires. La meneuse de claques, le quarterback, le geek, etc. Veronica Sawyer ne fait clairement pas partie de la catégorie des populaires mais plutôt de la plèbe. Jusqu’au jour où elle va intégrer les Heathers, trois filles portant le même prénom de Heather qui représentent la caste sociale la plus haute de l’école. Vient s’ajouter à l’équation un nouvel élève un peu ténébreux, et vous obtenez un gros problème de tuerie… Veronica et JD vont tuer la reine du lycée et ne s’arrêtent pas là.

Voilà, ça aurait pu être n’importe quelle autre histoire pour ados entre romance et coups bas, sauf que la troupe réussit à interagir avec le public de façon permanente, et je peux vous dire que ledit public était en feu ! Il faut l’avouer, les chansons sont loin d’être mémorables sauf peut-être deux ou trois dont le titre phare Beautiful. Mais les acteurs dansent, font rire, se démènent avec leur show, certains interprètent jusqu’à trois rôles, et c’est juste fun. Exemple flagrant, l’ado qui s’assoit à côté de moi qui dit à son copain : « tu vas adorer, tu vas voir » avec un grand sourire et il est là à applaudir de toutes ses forces et à huer au bon moment après chaque chanson. Bref, un public investi quoi, et je peux vous dire que ça compense toutes les faiblesses de chant de certains acteurs. Car il y en a… Autant Carrie Hope Fletcher, Jamie Muscato (JD) et Jodie Steele forment un trio de tête d’affiche géniaux, autant les autres jeunes laissent à désirer… Les rôles d’adultes en revanche font bien marrer et gèrent !

Alors c’est sûr, quand on compare la scène avec une plus grosse production, ben elle parait simple et petite. Mais pourtant le décor change régulièrement. Des petites astuces scéniques s’enchaînent, on remercie les portes automatiques. La mise en scène est vraiment au-dessus du lot, et rien que pour ça, ça vaut le coup d’œil !

(P.S. : Bring It On passe en août à Londres aussi, l’occasion d’aller le voir !)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.